Quand bloguer sert sournoisement à faire vendre

Par définition, un blogue est un site géré et rédigé par un (ou plusieurs) individu dont le contenu est le reflet de la personnalité et des opinions de celui-ci. Sur son site, le blogueur s’exprime librement, sous la forme de billets ou d’articles, informatifs ou personnels. Mais qu’en est-il du contenu commandité?

Aujourd’hui, les cadeaux corporatifs ne sont plus tabous et la commandite est fréquente sur la blogosphère. Plus un blogueur est suivi par un nombre substantiel de lecteurs et que son influence est notable, plus les marques et commerçants ont envie de s’associer à celui-ci pour utiliser sa tribune à des fins de promotion pour leurs produits et événements. N’avons-nous jamais rêvé de recevoir gratuitement des produits en vogue et haut de gamme et d’être invités à des événements exclusifs ? Il va sans dire qu’il s’agit souvent d’offres alléchantes pour les blogueurs, mais est-ce toujours fait avec transparence et éthique?

Pour s’adapter aux nouvelles réalités du Web 2.0, le Federal Trade Commission (l’Office de la protection du consommateur aux États-Unis) a révisé ses règles en 2009 afin de contraindre les blogueurs qui font la critique et la présentation de produits de divulguer leur relation et leurs affiliations avec la marque et d’indiquer lorsque le billet est commandité ou que le produit a été gracieusement offert.

Au-delà des législations, il existe un certain code d’éthique non écrit que la majorité des blogueurs se font un point d’honneur de respecter. Certaines en ont même fait le serment par écrit! Or, est-ce que les blogueurs peuvent faire la promotion à outrance de produits qui leur ont été donnés sans affecter leur individualité et leur authenticité ? Ne dénaturent-ils pas ainsi l’essence même du blogue ? Chose certaine, ce ne sont pas tous les blogueurs qui sont en accord avec la voracité de certains de leurs homologues.

Ce billet n'est pas commandité!

To blog or not to blog: La place des blogues dans l’industrie de la mode

Aujourd’hui, le commun des mortels peut devenir un influenceur dans son domaine par le simple fait de tenir un blogue qui intéresse, qui ose, qui est à l’affût des tendances et qui se démarque auprès d’un nombre suffisant d’individus pour être considéré comme crédible. Le domaine de la mode est certainement l’un des plus touchés par ce phénomène, domaine explicitement destiné aux publics qui a comme raison d’être d’attirer l’attention et de susciter l’adhésion. Bien qu’il y ait encore une forte présence des spécialistes, chroniqueurs et journalistes affiliés aux grands titres (Vogue, Elle, etc.), les blogueurs ont sans contredit fait leur place aux premiers rangs des défilés et tendances. Bien que les blogueurs aient commencé leur ascension dans l’industrie de la mode depuis quelques années déjà, la tendance est loin de s’essouffler!

Dans le paysage médiatique actuel, nous sommes témoins de la démocratisation de la production d’information et les plateformes de partage mises à notre portée (Tumblr, Pinterest, Facebook, Twitter, etc.), ainsi que le libre accès aux outils de création et d’hébergement de sites Web (les blogueurs utilisent souvent les CMS – content management systems – qui sont à la portée de tous), permettent aux experts comme aux profanes d’exercer un pouvoir d’influence et d’inspiration. Les plateformes sociales peuvent permettre de décupler ce pouvoir en misant sur le potentiel viral du contenu généré par les usagers. En somme, à voir la popularité et la dominance des blogueuses et blogueurs de beauté et de mode, certains s’avancent, avec raison, sur le rôle de curateurs culturels qui semble leur revenir de plus en plus.

Pour terminer, je suis de celles qui croient en la place des blogues dans cette industrie, car je dois avouer que ce sont majoritairement ceux-ci qui m’inspirent côté mode et beauté !