Le Hacker au service du monde

Le terme hacker a souvent une connotation négative, tant en anglais qu’en français. Dans le langage courant, il est normalement utilisé pour désigner les pirates de l’informatique qui prennent le contrôle de systèmes à des fins néfastes, voire criminelles.

Or, il s’agit plutôt d’un mauvais usage du terme. Le pirate qui bousille les systèmes informatiques ou qui viole la confidentialité des institutions et la vie privée des gens est plutôt appelé un « cracker » ou « pirate informatique ».

Le vrai hacker quant à lui, a plutôt l’ambition de faire le bien, de trouver et régler les failles dans les systèmes informatiques, de partager son talent et ses connaissances, et plus que tout, d’exploiter cette passion qui fait de tout hacker un Geek de l’informatique. Ce dernier souhaite mettre ses compétences au service du bien commun et se soumet normalement à un code d’éthique assez strict.  En effet, selon Steven Levy (1984), les principaux devoirs de l’éthique hacker sont, le partage, l’ouverture, la décentralisation, l’accès à la technologie et l’amélioration du monde.

Enfin, tout près de chez nous, des groupes de hackers se sont rassemblés pas plus tard que l’année dernière pour contrer la corruption et la collusion à Montréal et ce, avec l’appui de plusieurs personnalités politiques et publiques. Cette opération s’inscrivait dans une mission plus large, celle du mouvement des données ouvertes en faveur de la transparence des gouvernements face aux citoyens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s